Emmanuel Jemili : « Parier sur l’avenir, former des jeunes et les mettre en lumière »

Nous nous sommes entretenus ce jour avec notre entraîneur principal et directeur technique, Emmanuel Jemili. Il revient avec nous sur le début de saison de la N3, la politique sportive et la vie du club au FC Saint-Jean-le-Blanc.

Peux-tu nous exposer tes missions au club ?

Mes missions au club sont multiples, avec tout d’abord l’encadrement des équipes Séniors. Je souhaite avoir une continuité entre les trois équipes Séniors, une passerelle possible entre les équipes du club, car nous avons des effectifs assez conséquents et jeunes. Sur l’équipe première, le maintien en National 3 est bien sûr l’objectif prioritaire, avec un objectif sous-jacent qui est la progression de nos joueurs, j’y suis très attaché.

J’ai un public très jeune, avec qui j’ai envie de travailler sur du long terme. Si un joueur peut éclore chez nous et signer dans un club plus prestigieux dans une division supérieure, ce serait aussi une bonne chose. Cela fait parti de notre stratégie de recrutement : être capable de former des joueurs et de les mettre en lumière.

Plusieurs de tes joueurs ont su saisir leur chance pour être dans le groupe N3 cette saison ?

On a l’exemple d’Ibrahima Keita, qui était présent au club il y a deux ans et alternait entre l’équipe 4 Séniors et les U19. Il se retrouve aujourd’hui à être régulièrement titulaire avec la N3. Thibault Sangla, qui n’a pas été conservé à l’USO, est arrivé comme U19 la saison passée. Il a joué finalement en R1 avec nous et est devenu aussi titulaire avec la N3 cette année. Cédric Macalou, était aussi U19 la saison passée et a intégré le groupe N3 en début de saison. Parmi ces profils, on peut aussi cité Hugo Horrelou, qui nous a rejoint cette saison en provenance d’Ingré en R3, et joue régulièrement avec la N3 cette saison. On est obligé de faire des coups pour recruter, des paris sur l’avenir et anticiper l’éventuel potentiel du joueur. Je souhaite que le joueur ait confiance en notre travail pour concurrencer des clubs de même niveau, qu’il ait plus l’envie de venir chez nous pour avoir la possibilité d’être vu pour être recruter dans des divisions supérieures, où nous avons eu l’exemple au club il y a peu avec Carnejy Antoine, aujourd’hui à l’US Orléans en National 1.

Quel est ton premier bilan sur ce début de saison en N3 ?

Satisfait car nous avions un calendrier difficile pour commencer (Tours et Avoine). On a pris quatre points sur ces deux premières journées, et personne n’aurait misé sur nous sur ce début. Nous avons fait match nul à Amilly qui a de la valeur car c’est une équipe qui jouera le haut de tableau et qui s’est bien renforcée. Nous avons connu une contre-performance contre Saran. Le match bascule après avoir été réduit à dix mais les débats étaient équilibrés jusqu’alors, cela n’enlève pas le mérite de Saran qui a fait un bon match. On fait aussi un nul contre Châteauneuf, à dix durant toute la partie et cette fois-ci on aurait pu espérer mieux malgré l’infériorité numérique. Contre Montlouis, le résultat était décevant. On a mené au score mais on ne fait pas la seconde période qu’il faut, une mi-temps trop juste pour évoluer au niveau de National 3. 

Globalement, à part contre Saran, on est capable de prendre des points à chaque match. Par rapport à notre budget, qui est le plus petit de notre poule de National 3. Au delà des matchs, j’apprécie la qualité du travail et l’investissement de mes joueurs, j’en suis très satisfait. En continuant de travailler comme cela, nous prendrons de précieux points. Pour la Coupe de France, je n’ai pas de déception. Voyant le tirage (Déols, N3), j’ai fait des choix de donner du temps de jeu, éviter les blessures et suspensions vu notre départ en championnat. Concernant la Coupe Centre Val de Loire, nous avons joué des adversaires à priori plus faibles que nous, mais nous avons su nous qualifier à chaque fois, contrairement à d’autres clubs éliminés par ces équipes de divisions inférieures.

Les joueurs s’investissent et s’impliquent dans le projet. Ils jouent le jeu. Cela fait du bien de gagner des matchs et de pouvoir mettre des animations de jeu en place.

Comment vas-tu gérer cette période d’arrêt des compétitions avec ton équipe ?

Je suis confiant car j’ai un groupe jeune et travailleur. Nous mettons en place un programme de quatre séances par semaine, basé sur les volets technique, athlétique et renforcement musculaire. Les joueurs doivent se tenir prêts pour une éventuelle reprise. Je suis plutôt positif par rapport à cela, bien que notre dynamique soit coupée. Les joueurs vont être rigoureux dans ce travail. Je regarde les choses positivement, il faut accepter la situation et avancer.

En tant que directeur technique, comment vois-tu l’évolution de notre club ? 

L’organigramme technique a été beaucoup chamboulé. Beaucoup d’étudiants STAPS sont arrivés sur nos équipes de jeunes. Ils sont ambitieux et apportent un regard nouveau sur les contenus de séances. C’est intéressant car nous sommes cantonnés à avoir des équipes évoluant uniquement en départemental depuis un certain temps. Leur investissement et leur envie est à souligner. Les premiers résultats sont positifs qui met en avant le travail des éducateurs. De plus, ils sont accompagnés par des responsables de pôles (École de Football, Préformation, Formation) et un nouveau salarié, Damien Carré, en tant que responsable sportif, qui amènent du lien entre toutes les catégories et de la proximité. Les échanges sur des contenus footballistiques ou organisationnels structurent notre club, qui devient attractif sur nos catégories jeunes. C’est visible au quotidien, les retours sont bons.

Durant ce confinement, j’ai demandé aux éducateurs de rester proche des jeunes et des familles pour garantir l’activité de nos licenciés et préparer au mieux le retour au terrain. Il faut rester acteur de notre pratique. J’accorde toute ma confiance à Abdennabi El Mordi et Willy Bouara, les entraîneurs des équipes Séniors 2 et 3, j’apprécie l’échange que j’ai avec eux sur les joueurs et leur début de saison avec leurs groupes. Notre président David Lopes nous soutient dans notre ambition, il nous permet d’avoir un minimum de confort pour faire avancer le club. Je salue aussi tous nos dirigeants et bénévoles qui nous accompagnent et nous aident dans le projet du FC Saint-Jean-le-Blanc.

Crédit photos & Entretien : Damien Carré